Votre Panier (0)

Le Chevalier à l’armure rouillée V

Le Chevalier à l’armure rouillée (cinquième partie)

Sam chuchota à l’oreille de Samuel:
-L’architecte du château de la Connaissance est l’Univers lui-même.
-Je suis content que tu sois revenu…
-Mais je ne suis jamais partie, je suis toi… souviens-toi !
Tu traverseras ce château accompagné puisque si le silence est solitude, la connaissance est pour tous. Elle est la lumière qui permet de trouver son chemin. Plus on sait, plus il fait clair !
Le chevalier entra dans une sombre forteresse et vit l’inscription: «Amour et besoins confondus!» Il réalisa qu’il devait comprendre pour voir plus clair. Il se frappa la tête, se disant qu’il devait se hâter. Mais écureuil lui dit qu’ici il devait aussi réaliser que pour apprendre il fallait prendre tout son temps. Il s’assit au pied de l’inscription et soupira en songeant à ses amours, à ses besoins. Il avait effectivement davantage besoin de sa douce Juliette qu’il ne l’avait aimé. Il avait même besoin qu’elle boive le vin qu’il lui apportait tous les soirs afin qu’elle arrive à lui dire je t’aime malgré son armure. Il avait besoin de son amour, puisqu’il ne s’aimait pas sans cuirasse. Il avait eu besoin de la reconnaissance des damoiselles qu’il avait sauvées et du regard admiratif des gens pour lesquels il s’était battu en croisade puisqu’il n’était rien sans cela. Il pleura amèrement en se rendant compte que s’il n’arrivait pas à s’aimer lui-même, il ne pourrait jamais aimer les autres, car le besoin d’eux se mettait toujours en travers. Au fait, il n’aimait personne, puisqu’il ne pouvait rien concevoir de mieux que lui-même. Aussi il supplia :
-Comment puis-je m’aimer moi-même ?
-En sachant ce que tu sais, lui répondit Merlin, et en connaissant la vérité à ton sujet.
Une douce lumière envahit le sombre château et il comprit qu’il n’y a rien de plus lumineux que la connaissance de soi-même. Se regardant dans un miroir, il fut surpris de ne plus voir ce grand gaillard aux yeux tristes, enfoncé dans une armure, mais un enfant charmant, vivant dont les yeux brillaient de compassion et d’amour. Aussi Sam s’exclama :
-Voilà, tu viens de faire connaissance avec le véritable toi, celui qui vit sous ton armure. Tu as mis cette protection invisible depuis si longtemps entre toi et tes véritables sentiments qu’elle est devenue toi, visible et permanente.
-C’est possible que j’aie caché mes émotions, répondit le guerrier. Mais je ne pouvais dire ou faire tout ce dont j’avais envie, personne ne m’aurait aimée.
En disant ces mots, il prit conscience qu’il s’était conduit toute sa vie avec le seul objectif d’être aimé des autres, afin de prouver qu’il était gentil, bon et plein d’amour.  En vérité il n’avait pas à le prouver à qui que ce soit puisqu’il ÉTAIT bon, gentil et plein d’amour, il venait de le voir dans les yeux de Sam. Il refoula ses larmes d’apitoiement et pleura son ignorance, résolut d’aimer Sam profondément. Aussi, ces larmes de sincérité firent tomber une autre partie de son armure rouillée!

Le Chevalier à l’armure rouillée – Robert Fisher – VivezSoleil

…suivez notre blog pour connaitre la suite 🙂

Laissez un commentaire