Votre Panier (0)

C’était une enfant difficile !

C’était une enfant difficile !

Cette phrase que je viens d’entendre concernant cette petite Aurore m’a fait bondir ! Littéralement, je me suis sentie comme une ourse en cage à qui on venait d’enlever le petit. Pourquoi est-ce que je surréagis comme cela ? Parce que c’est la phrase que j’ai entendue le plus souvent quand il a été question de l’enfant que j’ai été. Quand j’ai rencontré ma mère pour lui dire tous les sévices que j’avais vécus, elle m’a répondu : Myriam, tu étais une enfant difficile !

Difficile pour qui ?

Quand j’ai questionné certains de mes bourreaux, on m’a répondu : Myriam, tu n’étais pas facile ! Et pourtant…

Pourtant… on dit de cette petite Aurore qu’elle était un bébé calme et curieuse. Qu’après de violentes disputes de ses parents, elle est devenue agitée et s’est mise à faire des siennes ! Est-ce difficile de réaliser qu’on est à écrire le premier couplet de ce qui thématisera son existence? Que ces circonstances sont à construire les lambeaux sur lesquels elle devra ériger sa vie? Elle est devenue difficile ! Heuuu… J’espère! Son être refuse cette fondation!

Vous ne faites pas de liens, adultes aux conceptions raisonnables, aux principes sclérosés, qui pour avoir la sainte paix, musellent le désir de liens et d’expression en plein essor ? Vous ne faites pas de corrélation que c’est vous qui avez agité son être paisible et son cœur ouvert pour y semer du tumulte ? Oui, elle aurait pu faire comme tant de gamins, comme l’a fait ma toute petite sœur, devenir assujettie, muette, passive et… catatonique devant l’incroyable inconscience. Mais il y a de ces petites pousses vivaces qui, écrasée par de gros talons, resurgissent avec vigueur ! Il se peut qu’elle ait crié, souillé les murs d’excréments ou qu’elle se soit fait saigner les poignets… (oui, il paraît que c’est ce qu’elle faisait à cinq ou six ans…) Invraisemblable ! Oui, ça devait être effarant pour cette petite âme de constater que ceux qui « l’aimaient le plus » s’entre-déchiraient dans la violence et l’absurdité. Cela pouvait être difficile pour sa petite conception d’enfant d’imaginer ce que serait sa vie… Casser une coriace-loquace est une option incombant aux pusillanimes, car elle, elle est de la race de ceux qui deviendront des dénonciateurs, des influenceurs. Sa colère sera son propulseur en attendant de trouver son catalyseur !

Oui, c’est difficile de sortir la Vie de ces résistants… Mieux vaut les casser !

Ouf ! Mon cœur saigne !

Elle est morte cette précieuse petite intraitable ! Ça prenait ça pour qu’on réagisse ! Elle est libérée contrairement à ceux, sous respirateur, que l’on a assassiné en dedans et qui devront passer le reste de leur vie à se réinsuffler une vitalité, un espoir, une confiance. Ceux dont les coups ont fait des trous dans leur corps énergétique et qui chercheront comment colmater les brèches. Ces ex-gamins dont les peurs, colères et détresses n’ont jamais été entendues — et qui n’ont, par conséquent, jamais grandi —. Ceux-là mêmes qui piloteront un jour des corps d’adultes avec des réactions disproportionnées face à la réactivation de leurs blessures d’enfants. Tandis que les chanceux à la loterie du destin ‘surferont’ sur les vagues de la vie, les autres n’auront personne pour témoigner des luttes intérieures exténuantes. Ces petits devenus grands auront développé toutes sortes de symptômes d’épuisement, de stress, d’anxiété, tandis qu’autour on ne comprendra rien. Ça prend de l’ouverture et de l’altitude pour discerner le grand plan et percevoir que ce que l’on crée est à notre signature pour l’éternité !

Mais on n’est pas encore assez évolué comme société !

Tellement plus facile de secouer la tête en disant : qu’est-ce qui se passe avec ces enfants? Ils ne sont pas faciles !

NON… ET RIEN N’EST FACILE !

Sans cesse, cet être devra donner une autre perspective aux événements, sans cesse il devra se parler pour relativiser, pour ne pas prendre trop personnel, pour se rappeler que sa réaction englobe encore un passé qui n’a pas passé, qu’elle est disproportionnée. Il devra calmer sa méfiance, cherchant comment faire confiance sans jamais avoir eu d’exemple. Il devra faire taire le disque dur qui joue en boucle la critique, la dévalorisation; il luttera avec la honte, la culpabilité. Il devra improviser de façon souvent boiteuse en apprenant la tolérance, l’intégrité, la validation si, sur sa route, il a l’occasion de croiser des êtres bienveillants. À perpétuité, il devra s’activer de l’intérieur pour… survivre ! Oui, il sera un résilient … possiblement exténué… jusqu’à ce que…

C’est difficile !

C’est une vie difficile d’émerger de départs pitoyables !

Tandis que, déterminé, il cherchera à changer le monde pour que son histoire ne se répète. En parallèle, il se consacrera à temps plein à son entreprise: funambule sur son fil ne sachant de quel côté le vent viendra le déstabiliser, il poursuivra sa quête de la maîtrise. Cette vigilance lui demandera un effort invisible, une activité constante qui ne sera pas investi dans la contribution et la simple joie de vivre !

Mais il réussira !

Son succès sera, dans la mesure où il parviendra à faire silence en son intérieur, taisant les voix qui, du passé, se superposent au présent !

Ce ne sera pas une route pavée, ou un chemin balisé, mais un sentier de montagne impraticable, escarpé et tortueux, un layon rocailleux, glissant et épineux. C’est ce que sera sa résilience non pas un lieu qu’il atteindra, mais un rodéo auquel il se remettra, intrépide, instant après instant dans la solitude de son cœur.

À tous les ex-petits-enfants difficiles, mal-aimés et mal traités de cette terre, vous deviendrez des adultes… tout en faisant du mieux que vous pouvez sans la compassion ni la compréhension des grands. Je veux que vous reteniez ceci :

Ce que les autres disent de vous, parle d’eux !

Remplacer Maude, Clara, Pierre ou Jacques placez-les dans un contexte similaire en contact avec les mêmes limites des grands… le résultat sera identique ou presque. Vous avez grandi, vous avez pris de l’altitude : vous devez rejeter hors de vous ce qui y a été déposé, retrouvant votre état d’origine ! C’est cela se découvrir et retrouver qui vous étiez avant l’histoire ! Sachez que d’autres ont marché cette route avec intrépidité et vaillance, offrant au monde une contribution qui ne part pas de toutes ces théories apprises, mais d’un trajet bien expérimenté. En cela, votre apport est extrêmement précieux.

Et moi, en ce jour, en ce moment, je m’émeus devant la beauté indéfinissable de ce que vous portez, qui pourra enfin s’articuler quand vos blessures, réclamant votre sollicitude, se seront apaisées. Puisse votre désir ardent, uni au mien, vous apporter la paix, en découvrant que sous nos blessures, nous ne sommes pas brisés, mais que notre lumière ne demande qu’à jaillir, par notre intention, celle qui nous unit dans notre humanité.

Aussi humain soit-il !

CE TEXTE VOUS INTERPELLE? PARTAGEZ! ON A DES CONSCIENCES À ÉVEILLER, DES DÉCIDEURS À INTERPELLER! Vous avez été un enfant maltraité, mal-aimé: #jensuis – On doit voir l’ampleur du phénomène et sortir de notre torpeur! Que cette mort serve à nous éveiller!

RIP Clara-Maude R. (pour toi petit ange) https://www.youtube.com/watch?v=ApGyQweoZVw

Vous voulez en savoir plus sur mon propre départ pitoyable? Vous trouverez partout en librairie mon ouvrage : Otage du silence!

Vous voulez en savoir plus sur les outils qui m’ont permis d’émerger du pire vers le meilleur? Vous trouverez mon ouvrage : S’accompagner soi-même en pleine conscience de l’émotion à l’éveil!

Merci de ne partager cet article qu’à partir de mon lien.
MyrIam Keyzer©2019, Tous droits réservés pour tout pays.
Utilisez votre discernement par rapport à ces textes, c’est la raison du libre-arbitre!

Rejoignez la discussion 2 commentaires

  • Gaëtane M. Noël dit :

    Avant de commencer à lire ”Otage du silence” je me disais: – ”J’ignore pourquoi ai-je l’élan de lire les souffrances de Myriam Keyzer?”
    Car, après bien des prises de conscience, je savais très bien que cette lecture viendrait éveiller d’autres blessures enfouies….
    En fait, c’est l’admiration de la femme que tu es devenue et aussi pour connaître tes outils qui m’ont aidé à passer à l’action.
    J’en suis seulement à mi-chemin de ma lecture et le processus de libération se vit très bien. Il se fait en douceur, en partie, grâce aux pauses que je fais à visionner tes vidéos – qui se présentent toujours aussi inspirant. En effet, je me sens accompagnée – encouragée, supportée, pleine d’espoir!… Merci – Grand MERCI xx

Laissez un commentaire